0
LA HAUTE BARDE

Vénérable maison, du style 1900 des villes de cure, que cette haute bâtisse édifiée en 1906 par la première association mutualiste de France, « L’avenir du Proléteriat » créée par un inspecteur des Postes, Ferdinand Brard, afin d’assurer une petite retraite à ses sociétaires. D’abord orphelinat destiné aux enfants de ceux-ci, ce bâtiment fut abandonné pendant la seconde guerre mondiale, rouvrant de 1945 à 1947 pour y accueillir les futurs professeurs d’éducation physique. Lorsque le Centre Hospitalier Universitaire (C.H.U) de Tours, décida en 1952, d’en faire un hospice, les ronces avaient déjà envahi le rez-de-chaussée !

Fermer le menu